Fashion at the Louvre

July 9, 2020

The Louvre proposes an extraordinary view on its magnificent collections through the eye of fashion. From the Duke of Alençon by François Clouet to the portrait of Jean de La Fontaine by Pierre Julien, King Louis XIV by Hyacinthe Rigaud, King Louis XV by Maurice-Quentin de la Tour or Charles IX helmet, an unique perspective on the Louvre collections.

Voir cette publication sur Instagram

. 🇫🇷Vendredi c’est #LaModeAuLouvre ! ✨ _ ✍️En 1795, après les déboires de la Révolution, les modes masculines changent : l’élégance ne réside plus dans les étoffes précieuses, les couleurs vives et les broderies, mais dans une sobriété emprunte de couleurs sombres et simples. Un auteur du nom de Flügel nomma plus tard cette évolution «la grande renonciation masculine». L’excès n’est plus de guise, place à la simplicité. _ 🧐 À cette époque, la mode est à l’anglomanie, et des personnalités britanniques donnent le ton, en particulier “le Beau Brummel”, proche du prince de Galles à la toilette alors jugée irréprochable. _ 👁Ici, Pierre Sériziat, représenté par David, suit cette mode. Ses vêtements très ajustés lui confèrent une silhouette élancée et svelte : redingote noire et gilet crème recouvrent une chemise blanche, il porte une cravate de mousseline enroulée autour de son cou. Il arbore une culotte à pont assez moulante sur des bas blancs. Au niveau des accessoires, on retrouve des bottes, une cravache ainsi qu’un chapeau haut de forme orné d’une cocarde. Sa perruque, nouée dans le dos, sera progressivement abandonnée par les hommes sous le consulat puis l’Empire, au profit de coupes courtes. _ 🌎Today it’s #FashionFriday at the Louvre ! ✨ _ ✍️In 1795, after the unrest of the Revolution, men’s fashions changed: elegance no longer resides in precious fabrics and embroideries, but in a sobriety made up of dark and simple colours. An author named Flügel later called this evolution “the great male renunciation”. _ 🧐At that time, Anglomania was in fashion, and British personalities set the tone, in particular “Le Beau Brummel”, close to the Prince of Wales, whose appearance was then considered irreproachable _ 👁Here, Pierre Sériziat, represented by David, follows this trend. His tight fitting clothes give him a slender silhouette: black frock coat and cream vest cover a white shirt, he wears a muslin tie wrapped around his neck. He wears tightly fitting a « culotte à pont » on white stockings. Accessories include boots, a whip and a top hat with a cockade. His wig, tied behind his back, was gradually abandoned by men under the Empire, in favour of short haircuts

Une publication partagée par Musée du Louvre (@museelouvre) le

Voir cette publication sur Instagram

. 🇫🇷 Le vendredi c’est #LaModeAuLouvre ! Nous vous présentons aujourd’hui un élément très en vogue de la deuxième moitié du XVIe siècle au début du XVIIe: la fraise _ 🧐Arborée par hommes, femmes et enfants, comme ici par le jeune duc d’Alençon représenté par François Clouet, la fraise est une grande collerette s’épanouissant surtout sous le règne d’Henri III. Elle devient à cette époque très volumineuse. Le roi, en 1578, en arbore une de plus de 15cm, constituée de 15 rangs ! Elle s’efface peu à peu par la suite, avant de disparaître sous le règne de Louis XIII au profit des cols à rabat. Cette mode se perpétue cependant encore à l’étranger. _ ✍️La popularité de cet élément coïncide avec une volonté de valorisation du haut du corps. La tête, partie la plus noble, se retrouve en effet valorisée par cette fraise, véritable plateau. _ ♟Les fraises aujourd’hui conservées sont majoritairement constituées de lin, matière accessible à l’époque. Les plus fines nécessitent 3 à 4 mètres de matière textile tandis que les plus complexes en demandent 15 à 20 mètres ! _ 🌍 It is #FashionFriday at the Louvre! We present to you today a popular element from the second half of the 16th century to the beginning of the 17th century: the ruff _ 🧐Carried by men, women and children, as here by the young Duke of Alençon represented by François Clouet, the ruff is a large collar that flourished especially during the reign of Henry III. At that time, it became very large. In 1578, the king wore one of more than 15cm, made up of 15 rows! It gradually faded away afterwards, before disappearing under the reign of Louis XIII in favour of the flap collars, even if this fashion was still perpetuating itself abroad. _ ✍️The popularity of this element coincides with a desire to enhance the upper body. The head, the most noble part, is indeed enhanced by this ruff, a real tray. _ ♟The ruffs that are preserved today are mainly made of linen, a material that was accessible at the time. The thinnest ones require 3 to 4 meters of textile material while the most complex ones require 15 to 20 meters ! _ 📷 © Musée du Louvre / Stéphane Maréchalle

Une publication partagée par Musée du Louvre (@museelouvre) le

Voir cette publication sur Instagram

. 🇫🇷 Le vendredi c’est #LaModeAuLouvre ! – 🖼 Ce tableau de Jean-Antoine Watteau (1684 – 1721) représente la figure d’un Pierrot songeur. – 👕 Pierrot est vêtu de sa traditionnelle collerette large et légère recouvrant la moitié des épaules et bouffe sur sa poitrine. La souquenille qu’il porte possède des manches boursouflées en plis épais au niveau des coudes et s’écarte sur les hanches. Tout indique que le vêtement est trop grand pour lui. À contrario son pantalon trop court dévoile les chevilles habillées de bas gris. L’ensemble est accompagné par des chaussons blancs noués avec de la soie rose, rehaussant leur blancheur par le contraste. Le vêtement ainsi représenté donne un côté burlesque à Pierrot dont le visage lunaire exprime pourtant une certaine solitude. – 👀 Pierrot est un héros de la commedia dell’arte. C’est un personnage candide, badin ayant une certaine dose de bon sens. Quatre de ses compères habituels l’accompagnent dans ce tableau : le docteur sur son âne, Léandre, Isabelle et le capitaine. – 📍 Aile Sully, salle 917. – – – – 🌍 It’s #FashionFriday at the Louvre! – 🖼 This work from Jean-Antoine Watteau (1684 – 1721) representes the figure of a thinking Pierrot. – 👕 Pierrot is dressed in his traditional wide and light collar which covers half of his shoulders and puffs on his chest. The souquenille he wears has blistered sleeves in thick folds at the elbows and spreads over the hips. Everything indicates that the outfit is too big for him. On the other hand, his pants are too short and reveal the ankles dressed in grey stockings. The ensemble is accompanied by white slippers tied with pink silk that enhances their whiteness by contrast. The garment thus represented gives a burlesque side to Pierrot, which has a lunar face that expresses a certain solitude. – 👀 Pierrot is a character from the commedia dell’arte. He is a candid, playful character who has a certain amount of common sense. Four of his usual friends accompany him in this painting : the doctor on his donkey, Leandro, Isabella and the captain. – 📍 Sully wing, room 917. – 📷 © Musée du Louvre / Franck Raux . . . #Louvre #MuseeDuLouvre #LouvreMuseum #fashion

Une publication partagée par Musée du Louvre (@museelouvre) le

Voir cette publication sur Instagram

. 🇫🇷 Le vendredi c’est la #ModeAuLouvre ! – 👀 Attardons-nous un peu sur la mode XVIIème avec cette statue de Jean de la Fontaine, sculptée par Pierre Julien vers 1785. – 🔎 Le poète français est représenté ici en parfait costume d’époque, comme le veulent alors les conventions imposées. Très élégant, il porte un justaucorps, de larges boutonnières et manchettes à boutons, ainsi qu’une culotte courte. Il est recouvert d’un large manteau qui couvre son épaule gauche et retombe sur ses jambes. – 👔 Les cravates se réduisaient à l’époque à une longue bande de linge passée dans la boutonnière de l’habit. La sienne, brodée, est nonchalamment nouée autour du cou, tombante. Il porte la perruque typique à deux cornes de la fin du siècle, les boucles tombant sur le devant. – 👞 Des souliers à boucles de type Richelieu viennent parfaire sa tenue, traitée avec souplesse et grand soin par le sculpteur. – 🌎It is #FashionFriday at the Louvre! – 👀 Let’s take a look at 17th century fashion with this statue of Jean de la Fontaine, sculpted by Pierre Julien around 1785. – 🔎 The French poet is represented here in a perfect period costume, in conformity with imposed conventions at the time. Very elegant, he wears a leotard, large buttonholes and buttoned sleeves. He is dressed with a wide coat that covers his left shoulder and falls back on his legs. – 👔At the time, ties were reduced to a long strip of linen passed through the buttonhole of the suit. This one, embroidered, is nonchalantly tied around his neck. He wears the typical wig from the end of the century, the buckles falling on the front. – 👞Buckled shoes – Richelieu type – complete his outfit, treated with flexibility and great care by the sculptor. – 📷 © Musée du Louvre, dist. RMN – Grand Palais / Thierry Ollivier . . . #MuséeDuLouvre #Louvre #LouvreMuseum

Une publication partagée par Musée du Louvre (@museelouvre) le

Voir cette publication sur Instagram

🇫🇷 Le vendredi c’est #LaModeAuLouvre ! Nous partageons avec vous un portrait de Louis XV, réalisé par Maurice Quentin de La Tour. Le célèbre pastelliste fut l’un des rares portraitistes à obtenir de Louis XV quelques séances de pose pour préparer son œuvre. Le roi est représenté dans une armure décorée de fleurs de lys qui contraste par son éclat avec la cape doublée d’hermine, fleurdelisée également. Il porte d’autres insignes évoquant son statut : tout d’abord le collier rouge de l’Ordre de la Toison d’Or auquel est suspende une toison de bélier dorée, mais aussi le large ruban moiré bleu de l’Ordre du Saint-Esprit, porté en écharpe. Ce pastel est à admirer dans l’exposition “En société. Pastels du Louvre des XVIIe et XVIIIe siècles” jusqu’au 10 septembre !🤗 – 🌎 It’s #FashionFriday at the Louvre! We share with you today a portrait of Louis XV, painted by Maurice Quentin de La Tour. The famous pastellist was one of the rare portrait painters to obtain from Louis XV some sessions of pose to prepare his work. The king is depicted in a gleaming armour decorated with fleurs-de-lis that contrasts with the ermine lined coat, also fleur-de-lis patterned. He wears other insignia evoking his status: first of all the red necklace of the Order of the Golden Fleece with a golden ram’s fleece hanging on it, and the iridescent blue ribbon of the Order of the Holy Spirit. This beautiful pastel is on display in the exhibition #PastelsduLouvre until September 10! – 📷 © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Tony Querrec #Louvre #louvremuseum #MuseeDuLouvre #instaLouvre #instamuseum #Portrait #pastel #expo #exhibition #fleurdelys

Une publication partagée par Musée du Louvre (@museelouvre) le

Voir cette publication sur Instagram

. 🇫🇷 Le vendredi c’est #LaModeAuLouvre ! _ 🧐Le goût des belles armures est un point commun aux grandes cours européennes du XVIe siècle, à commencer par celle des Valois en France. Ce casque illustre bien la luxueuse production d’apparat française. Les armures ne sont alors plus importées du Milanais comme cela se faisait auparavant. Il fut réalisé par Pierre Redon, orfèvre, pour Charles IX vers 1572. _ ✍️C’est un morion, un casque formé d’une calotte hémisphérique surmontée d’une grande crête et orné de larges rebords. Il invoque un travail d’orfèvrerie de haute technicité. L’ensemble a été réalisé en fer repoussé puis plaqué d’or et orné d’émaux translucides et opaques. L’intérieur est tapissé d’un velours cramoisi brodé en fil d’or _ ♟Le précieux objet est orné de médaillons historiés, invoquant des scènes de la guerre de Jugurtha (112-105 avant. J.-C.). D’un côté apparaît un camp au milieu duquel des guerriers tentent de séparer des chevaux furieux. De l’autre, un combat de cavalerie devant une ville assiégée se dévoile. Sur le cimier, la tête de Méduse vient compléter ce décor de scènes de guerres antiques. ______ 🌎 Today it’s #FashionFriday at the Louvre ! ✨ _ 🧐The taste for beautiful armament is a common feature of the great European courts of the 16th century, starting with the one of the Valois in France. This helmet is a good illustration of the luxurious french production of parade arms. The armors are no longer imported from Italy as it used to be. It was made by Pierre Redon, goldsmith, for Charles IX around 1572 _ ✍️It is a morion, a helmet formed by a hemispherical cap topped by a large ridge and decorated with wide edges. He invokes a highly technical goldsmith’s work. The inside is lined with crimson velvet embroidered in gold thread _ ♟The precious object is decorated with historical medallions, depicting scenes from the Jugurtha War (112-105 BC). On one side appears a camp in the middle of which warriors try to separate angry horses. On the other side, we can see a cavalry battle in front of a besieged city. _ 📷©️Musée du Louvre / Daniel Arnaudet – Nicolas Bousser . . #louvre

Une publication partagée par Musée du Louvre (@museelouvre) le

You Might Also Like