Berluti présente la campagne de sa collection hiver 2020

juillet 9, 2020

Le 22 juin dernier, Berluti dévoilait la campagne de sa collection hiver 2020 sur son compte Instagram. En collaboration avec le duo créatif M/M et le stylisme de Mauricio Nardi, les clichés, signés Julien Martinez Leclerc, transposent la collection du défilé à la réalité.

L’héritage de la Maison s’inscrit dans l’ADN de son prêt-à-porter. Véritable dialogue intergénérationnel entre tradition et évolution, il inspire et provoque la mutation du vestiaire masculin. Pour l’hiver 2020, Berluti adopte une vision libre, ancrée dans la modernité, pour intensifier et transcender son propre patrimoine. Imaginant ce à quoi auraient pu ressembler les archives de la Maison si elles avaient comporté du prêt-à-porter, Kris Van Assche, directeur créatif de Berluti, met en scène une dialectique poussée à l’extrême entre présent et passé. À partir de cette histoire séculaire, exclusivement consacrée à l’expertise bottière, le résultat proposé se veut excentrique : c’est une réaction électrique, enracinée dans notre présent, où les codes vestimentaires se liquéfient et les expressions s’amplifient.

La silhouette gagne en décontraction : le costume-cravate cède la place à un col roulé pourpre assorti à des sneakers aux tons bleu et rouge vifs. Un sac de voyage souple, confectionné dans la nouvelle toile Signature Berluti, transporte avec nonchalance une paire classique de richelieus Alessandro patinés. Il n’est plus question de choisir entre formel et informel : les tenues habillées s’agrémentent volontiers de touches sportives. Dans un jeu perpétuel de contrastes, le neuf et l’ancien, les parquets et les trottoirs se nourrissent et s’enrichissent mutuellement pour célébrer le mariage entre la bourgeoisie et la rébellion. Dynamique et réaliste, l’ensemble fait écho à la toute première collection proposée en défilé par Kris Van Assche pour sa marque éponyme, en 2007.

Ces échanges ouvrent la voie à une collection libre, placée sous le signe de la légèreté. Les silhouettes se font plus désinvoltes ; les codes symboliques de Berluti sont bousculés. Le costume en cuir patiné, nouvel emblème de la Maison, s’affine et s’adoucit. Dans leur constante transposition des souliers aux sacs et au prêt-à-porter, les patines colorées ornent désormais des pièces plus sportives : vestes en cuir d’agneau, blousons et bombers. Des motifs multicolores, inspirés par les surfaces teintées des tables sur lesquelles les artisans patinent les souliers à la main, se retrouvent sur des chemises en soie et des manteaux en poulain. Leur créativité est libérée par une technique d’éclaboussure, réalisée à la main, afin de les décolorer.

La collection joue avec les motifs traditionnels de la Maison : Prince de Galles, pied-de-poule et chevrons. S’ils sont toujours proposés sur des costumes, ils viennent également sublimer et déstructurer l’ensemble de la garde-robe. Ainsi, des chemises en soie imitent ces imprimés classiques en trompe-l’œil pour apporter une touche de sophistication au vestiaire masculin quotidien. Par un jeu de broderies, un pull camel révèle un design pied-de-poule, tandis qu’une veste à capuche en cuir de veau, ornée d’éclaboussures réalisées à la main, dévoile des chevrons exagérés et déstructurés. Sans oublier un manteau doublé en laine reproduisant les motifs Prince de Galles et pied-de-poule dans des graphismes imposants. 

À la recherche du patrimoine génétique commun entre les dessins traditionnels et les designs sportifs, Kris Van Assche redonne ses lettres de noblesse au chevron sportif en l’incluant à des manteaux en cuir d’agneau, dans une volumineuse fourrure plus vraie que nature. À la croisée entre tenue de ville et sportswear, ces chevrons apparaissent dans des associations de couleurs saisissantes : tantôt bleu et rose, tantôt blanc et orange. Le mariage entre lignes streetwear et héritage artisanal ne s’arrête pas là : un manteau et un caban, multicolores et fluo, sont intégralement confectionnés en fines bandes de cuir, les manteaux en poulain sont entièrement doublés, des vestes en cuir patiné deviennent matelassées, tandis qu’un cuir ultra-fin, utilisé pour des pantalons de jogging et des chemises, ressemble à s’y méprendre à du nylon.

Cette collection propose également un blouson sublimé par une patine verte, clin d’œil à la ligne d’ameublement conçue avec Pierre Jeanneret. Par ailleurs, Kris Van Assche réinterprète le motif Scritto, grand classique de la Maison, sur une nouvelle toile appelée Signature. Déclinée pour un sac de voyage, un sac à dos, un cabas, de la petite maroquinerie, des malles, un accessoire de voyage pour montres et un kit d’entretien pour chaussures en collaboration avec Globe-Trotter, cette toile met en lumière un logo d’apparence séculaire… qui n’a pourtant jamais existé. De leur côté, les sneakers Gravity s’offrent une nouvelle jeunesse avec des couleurs vives et unies, directement inspirées des teintes excentriques de la collection. Enfin, dans un hommage inédit au modèle Alessandro, ce soulier voit sa pointe étirée en forme de diamant allongé, déformé et transcendé jusqu’à la démesure.

La collection hiver 2020 est disponible en boutique et en ligne sur berluti.com depuis août 2020.

Retrouvez l’actualité de Berluti sur :  
Instagram
Youtube

À lire aussi

Ce site utilise des cookies destinés à produire des statistiques d’utilisation et à permettre l’emploi de fonctionnalités sociales.
Cliquez sur le bouton pour continuer. Pour en savoir plus, cliquez ici.