Conversation organisée par French Founders entre Pascal Morand et Michaël Jais

juillet 11, 2020

Les Fashion Week digitales vont au-delà de la simple reproduction des défilés traditionnels

Selon Michael Jaïs, les Fashion Weeks digitales permettent aux consommateurs d’avoir une expérience beaucoup plus intime et un lien émotionnel fort avec les marques qu’ils aiment, grâce à d’autres moyens “d’exprimer leur créativité”. Par exemple, Dior a présenté un film artistique et créatif qui raconte une histoire aux spectateurs, allant au-delà d’une présentation traditionnelle. Pascal Morand a noté que la Fédération a porté une attention particulière à l’environnement numérique de la plateforme afin de trouver le bon équilibre entre tradition et contemporain, avec les intérêts des consommateurs mais aussi des marques au premier plan de leur stratégie : “Nous avons une partie dédiée aux marques, qui est les vidéos et les calendriers, mais d’autre part nous avons aussi le magazine, avec beaucoup de contenus pour différents marchés, y compris des vidéos des coulisses, des concerts, des tables rondes et plus encore”. 

La rencontre entre le physique et le digital a permis d’uniformiser les règles du jeu afin de permettre aux marques et aux organisations de prendre en compte les besoins et les demandes des multiples acteurs de l’industrie de la mode. “L’objectif est d’établir un dialogue à travers l’imagination des créateurs et des marques d’une part, et des clients d’autre part”. La capacité d’atteindre ces clients est également étendue, grâce à des showrooms digitaux et à la possibilité de présenter des collections à un grand nombre de professionnels de l’industrie, sur différents marchés, exactement au même moment.

L’avenir du phygital dans l’industrie

L’introduction des Fashion Weeks digitales ne signifie pas la disparition des événements physiques et du print de communication. Le numérique est (et continuera d’être) utilisé comme un moyen pour améliorer les expériences physiques, les conceptions et les idées afin de continuer à présenter des collections aux consommateurs, ainsi qu’à toucher la presse et les principaux leaders du secteur. La numérisation des Fashion Weeks a accru la portée mondiale potentielle des marques et a permis au secteur de rester insaisissable, sans être sélectif quant à savoir qui peut se connecter et visionner les vidéos des marques, les collections et autres. Pascal Morand a noté que “ce changement dans le monde de la mode qui aurait pris 5 à 10 ans a finalement pris 1 à 2 mois”. “Nous avons des projets pour maintenir les Fashion Weeks sous format numérique dans le futur, c’est ce qui se passe avec la plateforme et le public demande du contenu” a-t-il poursuivi. Ce changement est soutenu par l’augmentation de 64% du contenu en ligne grâce au Covid-19, ainsi que par l’accélération généralisée des solutions numériques dans tous les secteurs d’activité à l’échelle mondiale. Il ne fait aucun doute que ce processus continuera d’être adopté par les marques de mode, de beauté et de luxe – les consommateurs cherchent maintenant des moyens de se connecter aux marques, que ce soit en comprenant leurs valeurs ou par le biais du contenu créatif qu’ils diffusent sur leurs réseaux sociaux. Il est probable que le numérique fournira aux marques les outils dont elles ont besoin pour se connecter à un consommateur dans l’air du temps de manière plus authentique, en soutenant les assets physiques tout au long du parcours. 

À lire aussi

Ce site utilise des cookies destinés à produire des statistiques d’utilisation et à permettre l’emploi de fonctionnalités sociales.
Cliquez sur le bouton pour continuer. Pour en savoir plus, cliquez ici.