Exposition “Vêtements modèles” au Mucem

octobre 3, 2020

Du 29 juin au 6 décembre, le Mucem présente l’exposition “Vêtements modèles” autour de cinq pièces intemporelles. A cette occasion, retrouvez l’interview des deux commissaires, Isabelle Crampes, commissaire générale, et Coline Zellal, commissaire associée.

Du débardeur au jogging en passant par le bleu de travail, le kilt et l’espadrille, l’exposition « Vêtements modèles » propose de suivre le parcours de cinq pièces qui ont traversé le temps et les modes. Comment le débardeur ou le bleu de travail, conçus pour habiller des métiers, se sont-ils imposés comme des sources d’inspiration ou comme des « basiques » de l’industrie de la mode ? Pourquoi le kilt et l’espadrille, associés à des géographies bien précises, ont-ils connu une diffusion mondiale jusqu’à être adoptés dans le vestiaire courant ? Quels chemins le jogging emprunte-t-il pour s’affranchir de l’usage sportif et devenir l’un des emblèmes de la culture urbaine ? À rebours de l’image d’une mode appuyée sur le cyclique et l’éphémère, ces itinéraires s’inscrivent dans un temps long de plusieurs siècles. Riches de leur épaisseur historique et symbolique, ces « vêtements modèles » sont au cœur d’une grammaire vestimentaire qui préfère le style à la tendance. À l’heure où l’on s’interroge sur la notion de durabilité, ils permettent également de mettre en lumière les notions d’artisanat et de patrimoine vivant dans leurs interactions avec les sociétés, et d’évoquer les enjeux de conservation et de sauvegarde qui les accompagnent. Le textile est évidemment au cœur de cette exposition qui présente environ 200 pièces : prêt-à-porter, haute couture, mais aussi sous-vêtements, sélection de matériaux à toucher… Ces ensembles sont présentés en dialogue avec des dessins, estampes, photographies, films, clips, archives ; soit une iconographie riche et variée, permettant de parler du vêtement comme d’un véritable phénomène de société.

À lire aussi

Ce site utilise des cookies destinés à produire des statistiques d’utilisation et à permettre l’emploi de fonctionnalités sociales.
Cliquez sur le bouton pour continuer. Pour en savoir plus, cliquez ici.