La quête d’identité par EGONlab.

janvier 24, 2021

L’esthétique EGONlab s’inspire des mouvements artistiques qui ont fortement influencé la société contemporaine. Chaque collection propose une ré-interprétation de ces révolutions et des effets d’entraînement qui en découlent. Fusionnant mode, musique, motion design et art, EGONlab se veut être une marque unique en son genre mais aussi un mouvement.

Comment décririez-vous votre nouvelle collection Automne-Hiver 2021 ?
Nous sommes convaincus que la mode est un extraordinaire outil d’empowerment, nous explorons métaphoriquement dans ces 30 silhouettes cette idée de réaffirmation de Soi. Dans cette quête de vérité, chacun•e est libre d’accepter son orientation et son apparence, ce qui se traduit par un jeu de « layerings » comme autant de combinaisons de Soi : jupes plissées sur pantalons pattes d’éléphant, grands manteaux enveloppants unisexes, chemises matelassées comme des armures protectrices, blousons en denim cloutés, vestes de tailleur étirées en pardessus. Des bagues en forme de griffes incrustées de pierres précieuses et de cristaux Swarovski viennent rehausser l’éclat des silhouettes. Les lignes ‘sharp’ et puissantes sont adoucies par des figurines de chats en extase, des chemisettes workwear aux manches flottantes et des larges pantalons à pinces. Cette multiplicité des formes et des allures signale une volonté d’inclusion de toutes les morphologies, pour une mode démocratique, ouverte à tou•te•s.

Multiple, l’écriture de cette collection se double d’une inspiration sportswear. Pour la seconde saison consécutive, nous avons collaboré avec Sergio Tacchini. Des parkas ceinturées croisent des doudounes-bombers aux manches arrondies et des complets « fittés » composés d’un haut de survêtement et d’un jogging, dans une inspiration années 80/90 revisitée. À cela s’ajoute un projet collaboratif avec Asics autour du modèle exclusif, la Gel-Preleus et la designer Michelle Coppola, nouvelle venue dans la « EGONlab Family ». Comme à l’accoutumée, une place importante est accordée aux imprimés : aux réinterprétations d’affiches de films d’horreur cultes tels que Mars Attacks! ou Dracula se succèdent un clin d’œil aux paysages envoûtants de Twin Peaks. Les teintes rouge intense se mélangent aux nuances de camel, gris pixellisé et vert hypnotique, le tout saupoudré de carreaux écossés jaunes et noirs et de flashs rose pivoine.


Quel est le look ou la pièce qui reflète le mieux l’esprit de la saison ?
C’est une question d’autant plus compliquée que chaque looks et pièces de la collection racontent une histoire. Pourquoi ne pas laisser la réponse aux lecteurs de cet article ? Nous souhaitons que notre clientèle puisse écrire sa propre histoire  avec une liberté infinie. Ne donner aucune direction c’est donner le libre cours à son imagination. Si nous pouvions passer un message : N’ayez pas peur d’être qui vous êtes réellement et ne laissez jamais quelqu’un vous dicter qui vous êtes.  

Avez-vous voulu transmettre un message avec cette collection ?
Egonlab Horror Story questionne les notions d’alter égo, de masque social et de dissociation de l’identité. Cette collection vous plonge dans les méandres de notre Moi intérieur, dédoublé, fantomatique mais destructeur, tantôt moralisateur, tantôt prédateur. Dans une société pragmatique où tout est quantifié, analysé, noté, où chaque parcelle de notre existence est soumise à la transparence des réseaux sociaux, nous avons parfois le sentiment de ne pas être celui/celle que nous sommes, de jouer un rôle pour correspondre à l’attente de l’Autre. A l’heure où la reconnaissance est likée, où l’apparence est modifiée à coup de filtres et notre vie marketée avec des hashtags, l’illusion est reine. Alors que nos vies n’ont jamais été autant digitalisées, la tentation de repli sur ces apparences trompeuses est grande. De plus en plus de personnes, notamment des jeunes, souffrent de troubles identitaires, la quête du Soi normé les transformant en leurs propres ennemis. Dans cette «Horror Story» – du nom de la collection – le tueur à gage recherché n’est autre que lui-même. Une fois le scénario accepté, commence alors un long travail de déprise, d’apaisement affectif et d’acceptation de son vrai Moi. Avec cette collection, nous vous invitons à rompre avec ce sentiment d’imposture qui nous pousse à devenir Autre. Libre de tout jugement, emplie de tolérance, cette collection genderless porte un message de réconciliation : l’acceptation de Soi c’est d’abord reconnaître que l’on est unique, sans obéir aux désirs des autres, avec amour et bienveillance.


Un autre message fort s’en dégage, celui du collectif, Florentin et moi-même [Kévin] souhaitons remercier REMEMBERYOUWEREMADETOBEUSED, Asics, Sergio Tacchini, DS Automobiles, Kisol, Michelle Coppola, Marie-Emmanuelle Arouet, les équipe de la Fédération de la Haute Couture et de la Mode, le DÉFI et toutes les personnes qui ont contribuées à ce que tout cela soit aujourd’hui possible.


Pour finir, nous sommes heureux de vous annoncer que le projet Egonlab Horror Story vous réserve encore quelques surprises, notamment avec la sortie d’un album réunissant les artistes : Pablo Bozzi, Mind | Matter, The undertaker’s Tapes, Gewalt, FX093, Moral Animal et Kirsten courant Février 2021. 


Et rappelez-vous ‘The next scream you hear may be your own.’

À lire aussi

Ce Site utilise des cookies techniques destinés à assurer le bon fonctionnement du Site, des cookies de mesure d’audience destinés à produire des statistiques de visite et d’utilisation du Site ainsi que des cookies tiers destinés à permettre l’emploi de fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Pour en savoir plus, personnaliser vos cookies ou les refuser, cliquez sur le bouton « Mentions légales » ci-dessous.
Mentions légales